De l’importance de “tripper” sur son histoire

février 13, 2020 5 minutes Aucun commentaire

De l’importance de “tripper” sur son histoire

février 13, 2020 5 minutes Aucun commentaire
De l'importance de tripper sur son histoire

Hello !

Me revoilà cette semaine avec un article un peu spécial : je ne vais pas y développer de théorie sur l’écriture ou présenter d’outils.

Non, aujourd’hui, je vais te livrer le fruit d’une réflexion personnelle, d’une expérience vécue l’été dernier et qui, j’espère, pourra peut-être t’être utile !

Le titre de l’article est assez équivoque, je vais te parler de l’importance de « tripper » sur son histoire.

Petite remise en contexte

C’est peut-être quelque chose qui semble évident, mais cette conclusion m’a sauté au visage alors que j’éprouvais de grosses difficultés avec un projet en cours.

J’avais l’histoire, je savais où je voulais en venir, j’avais les péripéties, le climax, la fin, les personnages, les messages et les informations que je voulais mettre dedans… Et j’avais aussi des lecteur•rices qui aimaient (je publiais chapitre par chapitre pour un concours). J’avais donc, a priori, tous les éléments en main pour arriver au bout du projet…

Sauf qu’il me manquait quelque chose et que c’est un retour des éditeur•rices sur le début de mon histoire qui m’a fait en prendre conscience.

Mon histoire était creuse, pour résumer. Ce mot-là, c’est moi qui l’ai utilisé, pas eux. Disons donc plutôt qu’elle servait de support à ce que je voulais transmettre, aucun souci là-dessus… Mais elle était creuse, et pour cause, je m’étais en effet concentrée sur le déroulement, sur les différents éléments à glisser, à quel moment, dans quel ordre, pour apporter de l’information scientifiquement correcte tout en ménageant l’intrigue, etc.… mais je n’arrivais pas à vibrer en pensant à mes personnages.

Niveau développement personnel et réflexion, il y avait pas mal de choses, puisque je m’étais concentrée là-dessus, mais ça ne donnait pas une histoire vibrante pour autant.

Le nœud du problème

Alors j’ai commencé une réécriture, et pour ça, j’ai revu mes personnages. Jusque là, je n’arrivais pas à les imaginer dans des scènes, ils n’étaient pas assez vivants. Ils servaient l’histoire, point à la ligne. Je sais qu’il y a plusieurs façons de fonctionner, chacun•e la sienne…

Moi, j’ai besoin que mes personnages me fassent vibrer. J’ai besoin de les avoir bien en main, de savoir ce qui les motive, ce qui les anime. J’ai besoin de savoir comment ils réagiraient face à telle ou telle situation pour que, éventuellement, ce soit « eux » qui me débloquent quand je n’arrive plus à avancer dans mon histoire.

J’étais tellement concentrée sur les informations que je voulais distiller, sur la bonne façon de les intégrer au récit que j’avais perdu de vu cet aspect essentiel d’une bonne histoire. Alors j’ai tout repris, j’ai revu les personnages. J’ai revu le protagoniste principal pour pouvoir dynamiser l’intrigue autrement, puis j’ai développé tout court les autres, pour qu’ils soient bien plus que des figurants porteurs de l’intrigue.

De l'importance de tripper sur son histoire

De la même façon, on ne parvenait pas à discerner les implications pour les personnages.

Quelles étaient les épreuves ? Qui était l’antagoniste ? Que se passerait-il s’ils échouaient ? Est-ce que ce serait vraiment si grave ? Qu’est-ce qu’ils prenaient comme risque ?

Et la réponse : aucun risque, aucun antagoniste (encore que c’était prévu, mais tardivement). Aucune implication, aucun enjeu personnel (sauver le monde ou l’humanité, c’est bien, ça fonctionne, mais ce n’est pas toujours suffisant, c’est trop difficile à se représenter). Partant de là, qui se souciait de savoir ce qu’il adviendrait d’eux ?

Celleux qui ont aimé le début de cette histoire me diront sans doute que je suis trop dure avec moi-même : rassurez-vous les amis, j’aime énormément ce que j’ai écrit, j’aime les messages, les informations et les réflexions que j’y ai glissés. Mais je pense que cette histoire gagnera énormément en impact si on a envie de lire la suite pour savoir ce qu’il arrivera aux personnages.

Conclusion

Chacun•e a sa propre façon de faire, de construire, de procéder, chacun•e a son rapport à l’écriture qui est tout personnel, etc.

Sur ce blog, je donne beaucoup de conseils, qui peuvent fonctionner pour certain•es, pas pour d’autres ; je parle aussi de théorie, de la façon dont on peut construire nos histoires pour qu’elles fonctionnent mieux.

Ça, c’est objectif, ce sont des procédés, des façons de faire qui ont été étudiés depuis longtemps. Faire en sorte qu’il y ait des enjeux dans une histoire pour qu’on ait envie de connaître la suite, c’est important, on le sait.

Mais ce n’est pas que de cela qu’il s’agit. Là, il s’agit de croire en son histoire. J’en reviens sans cesse à ma propre expérience, pour le coup : je croyais en ce que je voulais transmettre, j’étais sûre de moi, j’étais dans les clous, mais… Mais je dois bien avouer que je ne vibrais pas en écrivant.

J’étais concentrée sur la technique, la théorie, le nombre de caractères, le rythme à tenir, le planning « scène par scène », etc.

Personnellement, ça ne me suffit pas, la preuve : le concours est fini et, même si je crois dur comme fer à mon histoire, je l’ai mise de côté pour y revenir une fois que ce sera le bon moment.

À la place, j’écris une histoire sans propos particulier, qui n’apportera rien de neuf au genre auquel elle appartient, mais qui m’apporte énormément de plaisir. Je visualise les scènes, j’aime les personnages, je les ai un peu cherchés au début, mais il y a tout de suite eu une bonne alchimie.

Peut-être aussi que nous ne sommes prêts à écrire certaines histoires qu’à certains moments de nos vies, et que là, j’avais besoin/j’étais capable d’écrire autre chose.

Dans tous les cas, je ne me ferai plus avoir… Maintenant, je ne veux écrire que des choses qui me font vibrer moi-même. Il y aura ainsi de grandes chances que je transmette plus que des mots alignés les uns à la suite des autres…

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

×