Pratiquer la Cohérence Cardiaque

mai 1, 2018 3 minutes Aucun commentaire

Pratiquer la Cohérence Cardiaque

mai 1, 2018 3 minutes Aucun commentaire
Pratiquer la cohérence cardiaque

La première fois que j’ai découvert la Cohérence Cardiaque, c’était comme technique de développement personnel dans J’arrête d’avoir peur ! 21 jours pour changer.

Les émotions influencent notre rythme cardiaque, mais l’inverse est vrai également : en régulant notre rythme cardiaque, nous pouvons influencer nos émotions. Et donc, nous pouvons faire taire l’angoisse et la panique pour retrouver calme et sérénité.

Comment ça fonctionne ?

Une partie du système nerveux est en charge du bon fonctionnement de toutes nos fonctions autonomes (respiration, digestion, …) : le Système Nerveux Autonome (SNA).

Ce dernier est divisé en deux systèmes distincts : le système nerveux sympathique (SNS) et le système nerveux parasympathique (SNP).

Le SNS est en charge de la mise en alerte de l’organisme dans les situations de stress ou de danger, notamment en accélérant les fréquences cardiaque et respiratoire. Il agit par l’intermédiaire de deux neurotransmetteurs : la noradrénaline et l’adrénaline.

Le SNP quant à lui est en charge de la mise au repos de l’organisme, grâce à l’acétylcholine.

Le SPS et le SPN passent donc leur temps à accélérer ou ralentir notre rythme cardiaque. En observant ce dernier, on constate qu’il est régulier et harmonieux quand nous ressentons des émotions agréables. Il devient incohérent lorsque nous ressentons des émotions négatives (peur, colère, frustration, tristesse…).

La cohérence cardiaque

Donc, le cerveau influence le cœur. Comme je l’ai rapidement énoncé dans l’introduction, le cœur peut très bien influencer le cerveau en retour.

En effet, le rythme qu’il génère peut impacter plusieurs systèmes physiologiques : le cerveau capte ces signaux et cela impacte notre perception de l’environnement ainsi que nos fonctions cognitives.

Et comment peut-on réguler le rythme cardiaque ? Grâce à la respiration !

État de cohérence cardiaque

L’état de cohérence cardiaque correspond à un rythme cardiaque régulier et harmonieux. Le cœur bat naturellement à ce rythme lorsque nous ressentons des émotions positives.

Cet état a de nombreux effets positifs : baisse du stress, baisse du rythme cardiaque, réduction de la pression vasculaire, accroissement de la résilience au stress, retour au calme plus rapide, amélioration de la maîtrise émotionnelle, meilleure perception des situations…

Bref, on obtient que du positif avec une pratique respiratoire vraiment simple !

Pratiquer la cohérence cardiaque

En pratique

La pratique de base consiste à pratiquer la cohérence cardiaque idéalement pendant 5 minutes, trois fois par jour. Pourquoi ? Parce que les effets sur le court terme durent 5 à 6 heures après 5 minutes de pratique.

Il ne faut pas hésiter à se lancer également dans la pratique de la cohérence cardiaque face à une situation de stress ou lorsque nous sommes confrontés à des émotions violentes, négatives et/ou inconfortables (testé et approuvé !).

La cohérence cardiaque correspond à un rythme respiratoire de 6 cycles par minute, avec un temps d’expiration légèrement supérieur au temps d’inspiration. Autrement dit : 4,5 secondes d’inspiration puis 5,5 secondes d’expiration pendant 5 minutes.

J’ai personnellement installé une application sur mon téléphone qui me permet de pratiquer la cohérence cardiaque très facilement : Paced Breathing. La version gratuite est amplement suffisante. On programme les durées d’inspiration et d’expiration, la durée totale de l’exercice, et on se laisse guider .

Expérience personnelle

Comme écrit plus haut, j’ai eu l’occasion de tester la pratique de la cohérence cardiaque pendant quelques situations de crise l’hiver dernier.

Très clairement, ça m’a aidé à reprendre pied quand je me sentais noyée de colère, de chagrin, de sentiment d’injustice, d’incompréhension, d’impuissance, de frustration…

Je n’ai pas encore réussi à tester les effets d’une pratique régulière, mais je me lance dès ce soir. Dans tous les cas, je n’hésite pas à pratiquer 5 minutes quand je sens que je coule de nouveau !

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×