Peur & Manque

avril 8, 2018 3 minutes Aucun commentaire

Peur & Manque

avril 8, 2018 3 minutes Aucun commentaire
Peur & Manque

Ces dernières journées ont été très chargés, mais le cheminement spirituel continue, aux côtés de mon compagnon et en complémentarité. Il a ses lectures, j’ai les miennes, nous les partageons et nous en parlons, et c’est extraordinaire.

J’ai notamment deux citations qui tournent en boucle dans ma tête depuis quelques temps, qui remuent indubitablement quelque chose en moi.

La peur, au fond, qu’est-ce que c’est ?

Voici la première citation :

La peur, c’est la pensée de ne pas obtenir quelque chose dont vous pensez avoir besoin.

Neale Donald Walsch

Quand quelque chose vous fait peur, donc, la vraie question à se poser serait “De quoi est-ce que je pense avoir besoin ? Qu’est-ce que cela implique ?”. C’est quelque chose que j’essaie de faire, et pour le moment, cela fonctionne.

Jalousie ? Je pense avoir besoin de toute l’attention de mon compagnon. En vérité, je l’ai déjà, rien ne peut changer ça. Et c’est un présent, pas un dû. Et ce n’est pas son attention qui me rend heureuse. C’est la joie que j’éprouve intérieurement face à cette situation, cet état de fait.

Je pourrais être malheureuse, à avoir peur de ne pas avoir assez. J’ai déjà tellement, pourquoi ne pas m’en réjouir, et en être heureuse ?

J’ai peur de ne jamais réussir à boucler un projet d’écriture qu’on m’a demandé. Je pense avoir besoin de reconnaissance, j’ai peur de décevoir, je pense avoir besoin de l’approbation de cette personne pour valider le fait que mes écrits valent le coup.

Ils valent le coup. Si je finis ce projet, il faut que je le fasse pour la joie que cela me procure, pas pour obtenir quoi que ce soit de plus.

Peur et manque

Et le manque, quant à lui…

L’autre citation est la suivante :

Le manque est lié à la comparaison entre le présent et un futur conditionnel.

Arnaud Riou

Mon compagnon a réalisé quelque chose pour une autre personne, qu’il n’a jamais réussi à faire pour moi. J’aimerais qu’il le fasse, mais non. Donc, la comparaison entre le présent actuel, où il n’a rien fait, et une situation conditionnelle, où il pourrait faire, me cause de la souffrance via cette sensation de manque.

Mais maintenant, dans le présent qui existe, il m’embrasse sur le front entre deux rushs au travail. Et ça, c’est réel et c’est le bonheur. Pourquoi se pourrir l’humeur avec des choses que je pourrais avoir, au lieu de profiter de celles que j’ai ?

C’est ça, je pense, mettre l’ego, les pensées sur pause, et se réjouir de ce qu’on a au lieu de sans cesse se projeter et ruminer sur ce que l’on a pas. C’est vivre notre bonheur au lieu de ruminer notre malheur, que nous construisons de toutes pièces en projetant du conditionnel partout.

Pour laisser tout cela de côté et réapprendre à voir la vie du bon côté, je te propose de découvrir la pratique du carnet de gratitude !

Peur et manque

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×