Mon fils, ce Guide Spirituel

mars 29, 2018 4 minutes Aucun commentaire

Mon fils, ce Guide Spirituel

mars 29, 2018 4 minutes Aucun commentaire
Mon fils, ce Guide spirituel

Devenir mère, c’est un changement radical dans la vie. Tout s’articule autour de ce petit être, de mon petit bonhomme. Même si je peux faire les mêmes choses qu’avant, je dois les faire de façon à pouvoir les faire avec lui, ou en fonction de lui. Honnêtement, c’est un peu étouffant par moment. La plupart du temps, c’est du bonheur et de l’amour illimité.

Ce soir, je suis fatiguée. J’ai pensé à ce petit billet toute la journée, j’avais une bonne dose d’inspiration, mais maintenant, il est minuit passé, il vient tout juste de s’endormir et demain matin, c’est la visite médicale du 4ème mois (en retard…). Et j’ai bien du mal à rester motivée pour écrire… Mais allons y !

Mon fils, ce Guide spirituel

De l’amour inconditionnel

Devenir maman, c’est un gros paquet de responsabilité et de travail. Une amie m’a dit que c’était le plus beau métier du monde : mille fois oui ! J’ai lu dans une revue il y a peu un article qui commençait comme ça :

Si vous tenez un nouveau-né dans vos bras et plongez dans les profondeurs de son regard, vous verrez que ses yeux expriment une infinie confiance. En vous. Tous les bébés s’abandonnent complètement au petit corps où demeure désormais leur âme, ainsi qu’à leurs parents, au personnel soignant qu’ils sont amenés à rencontrer, et aux circonstances dans lesquelles ils sont nés.

Ils ne peuvent pas faire autrement. C’est à vous que revient la tâche de prendre soin d’eux, afin qu’ils puissent devenir les êtres qu’ils sont en puissance ; qu’ils puissent préserver leur âme et développer leurs talents. Qu’ils puissent atteindre leur destination intérieure. Quelle immense responsabilité !

C’est toujours comme ça que j’ai vu les choses, mais le choix des mots a une résonance particulière. C’est bien ça mon rôle de mère : l’aimer de toute façon, pour ce qu’il est/sera et non pas pour ce que je veux/aimerais/crois qu’il est/sera. Et surtout, le soutenir quoi qu’il désire faire, l’aider à trouver sa voie, son chemin de vie, sans l’embourber dans les autoroutes que tout le monde emprunte.

Le cycle naturel des choses est fait de dons que l’on reçoit et que l’on donne. Et mon fils me donne énormément, et je ne parle pas que d’amour. Chaque jour, il m’apporte des enseignements importants. C’est donc lui que j’appelle “Mon Guide Spirituel”.

Un bel exemple inspirant à suivre

Chaque jour, je peux le voir faire des efforts incessants pour apprendre à contrôler son corps, à bouger, à gagner en précision, à comprendre comment ses membres s’articulent, à essayer de communiquer, d’articuler des sons…

Sans jamais se lasser, il essaie, il apprend, il progresse. Il n’est jamais dans l’échec puisqu’il est sans cesse en train d’essayer jusqu’à réussir finalement et passer aussitôt à l’étape suivante.

Quand il a faim, il mange. Quand il a sommeil, il dort. Quand il a besoin de réconfort, il le demande. Il sait écouter ses besoins et sait ce qui est bon pour lui. Il ne mange ni trop ni trop peu, pareil avec le sommeil (quand on ne rate pas l’heure du dodo… !).

Il n’a pas peur de demander de l’interaction. Il n’a pas peur de plonger son regard dans le mien. Il n’a pas peur de fixer les gens jusqu’à obtenir leur attention : il sourit alors aussitôt pour engager une interaction toute joyeuse.

Mon fils, ce Guide spirituel

Il est attentif, observateur, curieux de tout, tout le temps. Un jeu de lumière peut complètement retenir son attention au point de ne pas se rendre compte de la grosse truffe de mon chien collé à sa joue.

Ses pieds le fascinent tellement qu’il peut passer de longues minutes à observer comment ils bougent. Un bruit, une nouvelle voix, des gens qui parlent, un nouveau visage : tout l’intéresse.

Quand on se promène, il profite du moment présent en regardant paisiblement le paysage.

Les obligations de la vie matérielle m’obligent… m’amènent à devoir me projeter dans l’avenir, proche ou lointain, et à oublier le moment présent pour chercher la résolution de problèmes… Mais bien souvent, je l’observe et j’apprend.

J’apprend à me recentrer, à m’ancrer. J’apprend à vivre plus lentement. À prendre le temps de m’amuser. À m’interrompre dans mon travail ou mes tâches quotidiennes pour un moment de complicité, de jeu, de tendresse.

J’apprend à sourire dès le matin et à me concentrer d’abord sur ceux que j’aime avant d’attraper mon téléphone. J’apprend que c’est amusant de chanter et d’improviser des paroles chaque jour. J’apprend que c’est amusant de danser n’importe comment.

Il n’a que 4 mois et demi, et j’ai hâte de savoir ce qu’il va m’apprendre encore…

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×