Mon bébé zéro déchets

décembre 2, 2018 6 minutes Aucun commentaire

Mon bébé zéro déchets

décembre 2, 2018 6 minutes Aucun commentaire
Mon bébé zéro déchets

Quand nous avons pris la décision d’avoir un enfant, parmis toutes les questions d’ordre pratique qui se sont posées, il y a eu celles des couches. Lavables ou jetables ?

En vérité, la question ne s’est pas vraiment posée. Nous étions déjà assez sensibilisés aux problématiques environnementales pour savoir que ce serait mieux de prendre des couches lavables.

Et nous savions que ce serait mieux pour le petit bout à venir aussi, vu toutes les cochonneries qu’on trouve dans les couches jetables.

Les questions qui se sont ensuite enchaînées concernait plutôt l’aspect économique et l’aspect pratique. Comment gérer un bébé autant que possible zéro déchets ?

Un bébé zéro déchets ?

Au début, la base pour moi c’était couches et lingettes lavables. Il y a ensuite l’essuie tout lavable, puis le non achat de petits pots (et en cas de besoin, pas en plastique). Puis s’est posée la question des produits de toilettes. Des jouets. Des vêtements…

Alors non, tout n’était pas prêt à la naissance, loin de là ! Mais après un an de tâtonnements et de problématiques à résoudre, voilà mon petit bilan, en espérant que ça te motivera peut-être à sauter le pas !

Les vêtements

Je commence par là, parce que ça a été vite vu : nous n’avions pas les moyens d’investir dans toute une garde robe neuve, nous avons donc fait appel aux amis et à la famille et nous avons eu le chance de ne rien acheter, à part quelques bodys d’occasion.

Le Lutinot a un an, a toujours de petites tenues mignonnes, toujours d’occasion, et on a de quoi faire pour un moment !

Et en vérité, pour avoir pas mal réfléchi à la question depuis, j’en suis bien contente. Les vêtements pour bébé sont peu portés, ils sont comme neufs ou à peine abîmés pour la plupart, et facile à trouver en vide-grenier ou dans les magasins spécialisés dans les vêtements d’occasion.

Crois-moi, ça fait du bien à la planète de ne pas acheter du neuf : l’industrie du textile pollue énormément.

Et au-delà de cet aspect écologique, je n’avais pas envie que mon enfant porte des vêtements low cost fabriqués dans des conditions de travail inadmissibles.

En achetant d’occasion, en donnant, en prêtant, entre voisins, amis, connaissances de connaissances, on peut lutter contre cela à notre échelle.

Mon bébé zéro déchets

La nourriture

Nous avons fait le choix de faire de la DME (diversification menée par l’enfant) à partir de 6 mois, après un allaitement maternel exclusif.

Grâce à la DME, le Lutinot s’est très vite retrouvé à pouvoir partager la plupart de nos repas, et comme nous essayons nous-mêmes d’être zéro déchets et locaux… C’est assez simple !

Cependant, nous sommes souvent (très souvent) en déplacement et nous n’avons pas réussi à échapper aux petits pots. Nous les choisissons bio et dans des contenants en verre, pas de plastique.

Nous sommes en train de réfléchir à une solution (pour nous aussi d’ailleurs) et on tient peut-être quelque chose, j’y reviendrai après expérimentations !

Faible production de déchets donc, mais pas inexistante.

Les jouets

On a été clair dès le début : pas de plastique, pas de jouets à outrance. De toute façon, en vivant en yourte, on est très vite limité en place. Nous n’avons pas évité quelques jouets de récup en plastique, mais comme ce n’était pas du neuf, on a toléré.

On essaie quand même de glisser doucement vers du jouet uniquement en bois ou en tissu, produit en Europe et sans produits toxiques (peintures,…).

Là, nous n’avons pas encore trop creusé le sujet. Le Lutinot préfère de toute façon les objets du quotidien (balai, chiffon, cuillères en bois, bocaux…). Mais nous faisons attention, et plus particulièrement en ce moment, avec le premier anniversaire et le premier Noël.

Nous avons de la chance : notre famille et notre entourage font attention et nous demandent !

La toilette de bébé

Et voilà le nerf de la guerre selon moi ! Parce que la quantité de couches et de lingettes qui finissent à la poubelle au cours d’une vie de bébé est tout simplement affolant !

Les couches

Nous avons opté pour un set de 25 couches lavables achetées d’occasion sur Le Bon Coin, avec des inserts en papier lavables plusieurs fois qu’on ne jette qu’en cas de selles. Ça protège la couche, et ça ne part pas vite : j’en suis encore au rouleau acheté à la naissance.

Bébé zéro déchets - Couches lavables

NB : j’ai d’abord voulu les faire moi même, mais elles étaient taillées trop petites et je me suis retrouvée avec un set de couches pour poupées !

Nous n’avons pas tout de suite réussi à passer aux couches lavables. Nous avons attendu le troisième mois, pour diverses raisons pratiques. En attendant, nous avons acheté des couches sans chlore, les plus “saines” possible.

Nous avons d’ailleurs continué à les utiliser ponctuellement : la nuit (nous avons des problèmes de fuite) et en déplacement. Là aussi, on vise un progrès petit à petit.

La routine de lavage des couches implique une lessive régulière, mais de toute façon, comme nous avons peu de vêtements (peu de place) et que nous laissons le Lutinot jouer et traîner partout, nous devons en faire une souvent. Dans tous les cas, cela gaspille moins d’eau que la fabrication des couches jetables.

Les lingettes et les essuie-tout

Pour les lingettes, ça a été l’étape suivante. Encore une fois, nous n’avions pas les moyens d’en acheter un nombre suffisant. Nous avions un set de lingettes offertes en cadeau de naissance par ma meilleure amie, mais j’ai très vite constaté qu’il n’y en avait pas assez !

J’ai du attendre très récemment d’avoir le temps de les fabriquer moi-même. C’est chose faite (presque, je dois encore en assembler une partie).

Mon bébé zéro déchets - Lingettes lavables

Pour la routine lavage : facile, comme pour les couches ! Et même point faible : en déplacement, nous utilisons encore des jetables.

Pour les essuie-tout, le déclic s’est fait quand je me suis rendue compte que j’utilisais des mouchoirs jetables pour essuyer tous les petits dégâts causés par les jeux ou les repas du Lutinot.

J’ai découpé un vieux drap et une vieille serviette de toilettes et j’ai bourré les morceaux dans un bocal.

Essuie-tout lavable

Et devine quoi ? La routine de lessive étant déjà installée… ça n’a pas posé de soucis !

Les produits de toilettes

On a testé le liniment, mais on a vite préféré l’eau micellaire. Du coup, on se retrouve régulièrement avec un flacon plastique vide. On est repassé tout récemment au liniment et du coup, j’essayerai prochainement de faire le mien !

Et voilà ! Notre Lutinot est loin d’être zéro déchets, mais le but n’est pas d’être parfait tout de suite. C’est de tendre sans cesse un peu plus vers cette perfection pour réduire peu à peu notre impact sur l’environnement et augmenter nos chances de laisser une planète en meilleure santé à nos enfants.

“Nous n’héritons pas la planète de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants”.

Reste bienveillante envers toi-même et envers tout ceux qui font de petits efforts, à leur échelle, avec leurs moyens. C’est un cheminement qui doit bien commencer quelque part, et chaque petit geste compte.

Il vaut mieux commencer maintenant petit à petit, que ne jamais se lancer parce qu’on se met trop de pression à vouloir être parfait tout de suite !

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×