Lettre à moi-même

mars 19, 2020 4 minutes Aucun commentaire

Lettre à moi-même

mars 19, 2020 4 minutes Aucun commentaire

Aujourd’hui, j’écris une lettre à l’écrivaine que j’étais il y a 10 ans. C’est un atelier qui est beaucoup utilisé en développement personnel, et je t’encourage à essayer, pour voir.

C’est une façon ludique et constructive de faire le point sur ce que tu as vécu, ce que tu as appris, ce que tu as accompli, ce que tu veux accomplir désormais.

Cette lettre, c’est une petite fenêtre ouverte sur mon intimité d’écrivaine, mais je pense que c’est important de parler plus ouvertement de nos quotidiens, de ne pas faire comme si tout allait bien, d’accepter ce que nous sommes et ce que nous avons été.

Alors, si le cœur t’en dit, tu peux toi aussi prendre la plume pour t’écrire une lettre. Moi, j’ai choisi d’écrire à moi d’il y a 10 ans pour cet article de blog, mais je prévois aussi une lettre pour la petite Tiphaine de 11 ans, alors qu’elle commence l’écriture de son premier roman…

Ma lettre de moi, 32 ans, à moi, 22 ans

Chère Tiphaine,

Si je ne me trompe pas dans mes calculs, tu es actuellement en Licence LLCE – Japon, en deuxième année. Et si je ne me trompe pas non plus, tu es en pleine écriture de cette fanfiction qui te met en scène avec tes amies, dans laquelle vous parvenez à faire connaissance avec les membres d’Arashi – entre autres.

Du coup, tu écris régulièrement et tu as un petit lectorat assidu ! Je sais aussi que tu as d’autres projets, des ébauches de roman, que tu as pour le moment laissé de côté. Le Livre d’Ambre et La Licorne, notamment.

Je suis au regret de t’informer que je ne les ai pas encore écrit. Je me suis sérieusement penchée sur la question pour le Livre d’Ambre, mais je n’étais pas encore prête et d’autres projets sont passés devant. Mais crois-moi, il est sur ma liste, je pense réussir à le boucler d’ici un ou deux ans ! J’ai quand même pu écrire un projet d’urban fantasy (enfin, c’est en cours quoi…).

Je crois aussi me souvenir qu’à cette époque, tu ne savais toujours pas trop ce que tu allais faire de ta vie, et que tu te contentais d’avancer jour après jour, profitant du bon temps passé avec tes amis. Et ça, c’est super, parce qu’aujourd’hui encore, ces années de fac font partie de mes meilleurs souvenirs.

Je ne sais pas trop pourquoi je t’écris. Peut-être pour te faire la liste des engagements que tu as pris et que j’ai tenu, des rêves que tu avais et que j’ai réalisés. Si tu pouvais la lire, je pense que ça te rassurerait. Je pense que ça te motiverait à te lancer sérieusement plus tôt, aussi.

Moi, je me suis lancée sérieusement il y a 7 ans seulement, et de nouveau il y a 2 ans (ça n’a donc pas totalement fonctionné la première fois). Cette fois-ci, pourtant, c’est la bonne, et mieux vaut tard que jamais comme on dit !

J’ai donc le plaisir de t’annoncer, chère Tiphaine, que j’ai réussi à terminer plusieurs projets littéraires et que tu as déjà deux livres qui ont été publiés dans des maisons d’édition, et que le troisième sortira en avril.

Ce qui est amusant, et je suis sûre que ça te touchera beaucoup, c’est qu’il y a des lutins dans les trois. Parfaitement ! Je sais que toi aussi tu te souviens de la toute première histoire que tu as écrite en sixième. Celle-ci aussi, fais-moi confiance, je finirai par l’écrire complètement !

En tout cas, du coup, ça y est, tu/je suis écrivaine, autrice, tout ce que tu veux. La machine est lancée et elle n’est pas prête de s’arrêter.

Et c’est grâce à toi. Du haut de tes 22 ans, tu as toujours gardé cette idée dans un coin de ta tête. Tu n’as jamais oublié que tu as toujours aimé écrire et qu’il y a toujours eu des gens pour aimer lire tes histoires. Et c’est aussi grâce à toi, parce que tu ne perdras jamais ça de vue, et que tu n’abandonneras jamais. Nous n’avons pas abandonné. J’ai réussi. C’est carrément cool, quand même, tu ne trouves pas ?

Ce n’était pas un parcours en ligne droite, clairement, et je connais encore pas mal de moments de doute. Tu le sais, nous avons toujours été sujette à l’impatience et à l’envie, et je dois encore gérer cette facette. J’apprends. Je n’ai cessé d’apprendre depuis dix ans, et ça va continuer.

Je ne sais pas trop quoi te dire de plus, si ce n’est de tenir bon, de ne pas abandonner. Si je pouvais revenir en arrière et te donner cette lettre réellement en main propre, je te dirais d’oser te lancer plus tôt, pour de vrai, vraiment, sans aucune hésitation. Parce que tu es déjà capable à 22 ans. Je te relis, parfois, quand la nostalgie me prend, et tu en es déjà capable, crois-moi.

Tu es une raconteuse d’histoires, tu l’as toujours été, tu as toujours aimé cela, que ce soit à l’écrit ou à voix haute. Et crois-moi, c’est ce pour quoi tu es faite.

Et pour conclure, parce que ça ne sert à rien de trop s’éterniser : j’ai réussi à réaliser certains de tes rêves, et ce qui est super, c’est qu’il en reste encore beaucoup ! Fais-moi confiance, je vais faire tout ce qu’il faut pour y parvenir. Tu le mérites bien, et je le mérite aussi.

Sincèrement,

Tiphaine

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×