Les Quatre Accords Toltèques

avril 25, 2018 5 minutes Aucun commentaire

Les Quatre Accords Toltèques

avril 25, 2018 5 minutes Aucun commentaire
Les quatre accords toltèques

 Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle a été écrit par Don Miguel Ruiz, un auteur mexicain également chamane. Ce dernier nous livre un morceau de sagesse toltèque et quatre accords a adopté pour pouvoir rompre avec les autres accords  issus de la peur qui nous vident de notre énergie.

Tu trouveras une petite vidéo explicative pour les enfants ici !

Le processus de domestication

Dans une première partie, Don Miguel Ruiz explique comment nous n’avons jamais eu la possibilité de choisir nos croyances. Enfants, nous avons donné notre accord aux informations qui nous étaient transmises. Nous avons appris comment vivre, comment rêver, comment penser, quels sont les comportements acceptables, …

C’est comme si nous avons été domestiqués : pour domestiquer un chien ou un chat, on le punit et on le récompense. Nous formons les enfants de manière analogue : par un système de punitions et de récompenses.

Toutes nos tendances naturelles se perdent au cours de ce processus de domestication. Nous apprenons à nous comporter comme il faut pour ne pas être rejetés par les personnes aimées. La domestication est si forte qu’à un moment donné, nous n’avons plus besoin de personne : nous devenons nos propres dresseurs, par le biais de tous ces accords que nous avons donnés.

Il faut beaucoup de courage pour remettre en question ses propres croyances : même si on ne les a pas choisies, on leur a donné notre accord. Cet accord est si puissant que même en comprenant que ces croyances ne sont pas vraies, on subit quand même la critique, la culpabilité et la honte quand nous les enfreignons. Si tu veux en savoir plus sur les croyances limitantes, j’ai écrit un article à ce sujet.

Quatre-quinze pour cents des croyances que nous avons gravées dans notre mémoire sont des mensonges, et nous souffrons de croire ces mensonges. Tous ces accords forment un brouillard que les Toltèques appellent mitote. C’est comme si des milliers de personnes parlaient en même temps, et personne ne comprend personne.

Quand nous comprenons que nos accords dirigent notre existence, nous sommes alors à même de changer ces accords. Et pour le faire, il existe les quatre accords toltèques, des accords très puissants qui peuvent aider à rompre les autres accords issus de la peur.

Premier Accord Toltèque

Que ta parole soit impeccable.

La parole possède un pouvoir créateur, magique. Elle peut être une bénédiction ou une malédiction. Par ta parole, tu peux amener une autre personne à passer un accord qui dirigera sa vie. C’est l’outil le plus puissant dont dispose l’être humain.

L’esprit humain est comme une terre fertile dans laquelle des graines sont continuellement semées : des opinions, des idées et des concepts. Tu plantes une graine, une pensée, et elle croit. La parole est une graine, et les graines qui poussent le mieux sont celles de la peur.

Enfant, on vous a souvent répété que vous étiez maladroit, et aujourd’hui, tout le prouve. Vous avez donné votre accord pour que cette vérité soit la vôtre. Pourtant, un jour, un ami très proche vous complimente pour votre adresse, et vous donnez votre accord pour cette nouvelle croyance. Et ainsi, vous dites au revoir à la maladresse. Tel est le pouvoir de la parole.

Être impeccable, c’est ne pas utiliser ta parole contre quiconque, pas même toi. La vérité est le plus important si l’on veut que sa parole soit impeccable.

Deuxième Accord Toltèque

Quoi qu’il arrive, n’en fais pas une affaire personnelle.

Quoi qu’il arrive autour de toi, n’en fais pas une affaire personnelle. Tu n’es pas responsable de ce que les autres disent/font. Si tu en fais une affaire personnelle, tu donnes ton accord à ce qui est dit/fait. Même les opinions que tu as de toi-même ne sont pas nécessairement vraies. Tu n’es donc pas obligé de faire une affaire personnelle de ce que tu te dis dans ta tête.

En ne faisant jamais une affaire personnelle de ce qui t’arrive, tu peux rompre de nombreuses habitudes et routines. Tu peux identifier les accords qui créent ta souffrance, les lister et commencer à les transformer. Quelqu’un peut volontairement utiliser sa parole pour te blesser : cela ne t’attendra pas.

Les quatre accords toltèques

Tu n’es jamais responsable des actions d’autrui : seulement de toi-même.

Si quelqu’un s’énerve contre toi et te reproche d’être stupide, distant ou égoïste, ce n’est pas de ta responsabilité et tu ne dois pas en faire une affaire personnelle. Cela t’amènerait à passer de nouveaux accords. Si on te dit que tu es trop mauvais, ou pas assez bon, ou trop maladroit, n’en fais pas une affaire personnelle, ne passe pas de nouveaux accords négatifs.

Troisième Accord Toltèque

Ne fais pas de supposition.

Si tu fais des suppositions sur ce que les autres pensent, tu en feras une affaire personnelle, puis tu leur en voudras et tu leur communiqueras du poison émotionnel grâce à ta parole. À chaque fois que nous faisons des suppositions sur ce que les autres pensent, nous créons des problèmes et de la souffrance, et nous finissons par créer des drames de rien du tout.

Comme on a peur de demander des explications, on prête des intentions à autrui, on fait des suppositions, puis nous les défendons et nous donnons tort à l’autre. Il vaut toujours mieux poser des questions que faire des suppositions, parce que celles-ci nous programment à souffrir.

Le meilleur moyen de vous empêcher de faire des suppositions est de poser des questions. Utilisez votre voix pour demander ce que vous voulez. Chacun a le droit de dire oui ou non, et vous avez toujours le droit de demander.

Si vous ne faites plus de suppositions, votre parole devient impeccable.

Quatrième Accord Toltèque

Fais toujours de ton mieux.

C’est cet accord qui transforme peu à peu les trois autres en habitude. Votre mieux ne sera jamais le même d’une fois à l’autre. Ce qui compte, c’est de faire de son mieux, ni plus, ni moins. Tu éviteras ainsi l’épuisement et la lassitude d’en faire trop, ou la culpabilité et la honte de ne pas en faire assez.

Ainsi, quelles que soient les circonstances de ta vie, fais toujours simplement de ton mieux.

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×