Le drabble : un format court fort utile !

janvier 24, 2019 4 minutes 2 Commentaires

Le drabble : un format court fort utile !

janvier 24, 2019 4 minutes 2 Commentaires
Écrire des drabbles pour progresser - stylo et carnet

Quand il s’agit d’écrire, tout le monde a des points faibles et des points forts. Le plus efficace pour les travailler et faire en sorte de progresser, ce sont les exercices/ateliers d’écriture.

Pour pouvoir savoir un peu comment orienter mes articles et les formations que je souhaite te proposer prochainement, j’ai demandé il y a quelques temps sur mon Facebook qui écrivait, et quelles étaient les difficultés rencontrées.

Parmi toutes les réponses que j’ai eue, j’ai relevé les soucis rencontrés avec la prise en main des personnages, le fait d’être concis et ne pas trop se perdre dans les détails, mettre le point final d’une histoire, développer des univers… Et figure-toi qu’il y a un petit exercice pour travailler tout ça, tout simple mais ô combien bénéfique : le drabble !

Avant d’entrer dans le vif du sujet, un petit rappel : tu peux aussi regarder du côté du format de la nouvelle, que je trouve génial pour réussir à travailler sur les difficultés à être succinct et à terminer une histoire.

C’est quoi un drabble ?

Le concept de drabble date des années 1980 et vient du Royaume-Uni. Le terme vient du film Big Red Book, des Monty Python. “Drabble” était un jeu où le premier participant à avoir écrit une nouvelle gagnait.

Pour rendre ce jeu applicable facilement dans la vraie vie, il a été décidé par la Société de Science-Fiction de l’Université de Brimingham que 100 mots suffiraient.

Ainsi, lors des concours, les participants se voient imposer un thème et un temps limite pour écrire leur drabble.

NB : Le titre ne compte pas dans le nombre total de mots.

Quel est l’intérêt de ce format court ?

Le but du drabble est de tester l’auteur sur sa capacité à exprimer des idées intéressantes et pleines de sens en quelques mots seulement. C’est un exercice extrêmement intéressant si tu as du mal à aller l’essentiel. Pour créer une histoire en 100 mots, tu dois apprendre à te contenter du strict minimum !

Et outre le fait que c’est donc un excellent exercice d’écriture pour progresser, je trouve que c’est aussi un outil magnifique pour travailler ses histoires et ses univers.

Par exemple, si tu as du mal à prendre en main un personnage, tu peux écrire une série de drabbles qui le mettent en scène. Si tu veux détailler un lieu de façon un peu originale, tu peux aussi faire une série.

Aussi, si tu as commencé à créer un univers, que tu veux en explorer toutes les facettes mais que ton récit ne le permet pas, tu peux utiliser les drabbles pour évacuer ta frustration (mais si, tu sais, la frustration d’avoir tellement de choses à dire sur ce bel univers complexe) !

Quelles sont les difficultés ?

Écrire 100 mots, c’est rapide et facile. Malheureusement, pour faire une histoire aussi courte mais pleine de sens, il ne suffit pas de savoir être succinct. Il faut également maîtriser suffisamment l’écriture pour pouvoir en dire beaucoup en peu de mots.

Et crois-moi, c’est plus difficile qu’il n’y paraît… Mais ça t’apprendra énormément de choses ! Je me rend compte alors que j’écris cet article c’est aussi un excellent moyen de travailler le fameux “show, don’t tell” (montre, ne dis pas). Tu n’as pas la place de développer pour dire exactement ce qu’il se passe ! Tu dois en suggérer assez pour que ton lecteur fasse le reste du travail en comprenant de lui-même.

Écrire des drabbles pour progresser - stylo et carnet

Il y a une autre difficulté, qui tient peut-être plus du petit piège dans lequel il ne faut pas tomber. Quand tu écris des drabbles se déroulant dans un univers précis (le format est beaucoup utilisé en fanfiction, j’en dévorais par centaines à une époque…), c’est super pratique si le lecteur connaît déjà l’univers en question. Pas besoin de présenter les lieux, les personnages, … Mais si tu veux écrire des drabbles qui soient compréhensibles même par des gens qui ne connaissent pas l’univers, c’est plus difficile !

Si tu écris pour toi, pour développer tes personnages et tout le toutim, ce n’est pas grave. Si tu le fais pour permettre aux gens de plonger dans ton univers et le découvrir, pars du principe qu’ils n’en connaissent rien et écris en fonction !

Mon nouveau challenge pour cette année !

Pendant un temps, il y a quelques années, j’ai écrit tous les jours un drabble à partir d’un thème/mot clé et d’un genre de la SFFF (Science-fiction, Fantasy, Fantastique). J’avais demandé à mes amis de me donner une liste et je devais donc m’y plier. C’était un exercice extrêmement intéressant, dans lequel je vais me relancer cette année !

Pourquoi encore un challenge, alors que j’ai tellement de choses sur le feu (un soir, une histoire, mon défi Bradbury, mon roman de Fantasy lutine, mon ebook…) ? Parce que j’ai dans ma file d’attente des tas d’autres idées et que j’ai un peu de frustration à évacuer. Accorder un peu de temps à ces autres projets en attendant de pouvoir m’y consacrer entièrement va me faire du bien.

Néanmoins, je ne souhaite pas me rajouter de pression supplémentaire. Un drabble par jour par exemple, c’est impossible. Aussi, je pose un challenge moins speed : 50 thèmes de drabbles à traiter en un an ! Ça fait moins de 1 par semaine !

Comme pour le défi Bradbury, je t’invite à te joindre à moi si tu le souhaites en rejoignant le groupe FB des challenges d’écriture Suis l’Élan ! Je publierai la liste des 50 thèmes dessus !

Et en cadeau, parce que ma thématique du moment, c’est le travail sur la création des personnages : je t’offre une worksheet pour approfondir ou prendre en main un personnage à l’aide d’une petite série de drabbles !

2 Commentaires

  • Elodie janvier 24, 2019 at 9:23

    Bonjour! Je ne connaissais pas du tout ce système c’est une super découverte merci! J’ai cette difficulté de faire court et simple, que ce soit dans mes histoires ou dans mes courriers de la vie courante d’ailleurs! Je trouve que le drabble semble être une excellente manière de garder trace de ses idées. C’est un peu le soucis quand on aime écrire, une histoire en pousse une autre et cela ne forme pas toujours un tout cohérent. Avec le drabble je me vois bien rédiger mes idées et les regrouper par thématique par exemple, je pense que cela peut mener à créer des univers au bout d’un moment. Merci beaucoup et au plaisir de te lire!

    • suislelan janvier 25, 2019 at 6:23

      Oui ! Ca peut aussi fonctionner comme ça, j’avais vaguement commencé à esquisser un univers de SF avec cet exercice là ! … ça me donne envie de me repencher dessus d’ailleurs 😀

    Laisse un commentaire

    ×