Lobre – Nouvelle Fantasy

novembre 20, 2018 2 minutes Aucun commentaire

Lobre – Nouvelle Fantasy

novembre 20, 2018 2 minutes Aucun commentaire
Lobre - Nouvelle fantasy - Tiphaine Levillain

Aujourd’hui, je te propose de découvrir une nouvelle de Fantasy, qui m’avait été inspirée par une illustration. Cette nouvelle avait été écrite dans le cadre des matchs d’écriture “Au coeur de l’arène” du blog Nouveau Monde. Je te laisse en découvrir un extrait, et puis tu pourras télécharger l’intégralité du texte en PDF !

Nouvelle_Fantasy_Tiphaine Levillain

— Je n’aime pas cet endroit…

Cela faisait un mois qu’ils avaient pris la fuite. Suivant les dernières volontés de son seigneur, Royd avait quitté la capitale mise à feu et à sang par l’ennemi, emmenant avec lui Kala, la seule héritière, alors qu’elle n’avait même pas atteint son dixième printemps. L’Empire de Ghal avait peu à peu conquis chaque portion de leur territoire jusqu’à le cannibaliser entièrement. Le soleil noir de ses bannières les avait poursuivis jour et nuit. Traversant les villages, les bois et les marécages, Royd n’avait pas réussi à semer leurs poursuivants.

L’acharnement de l’Empereur ne l’étonnait guère : tant que Kala vivrait, elle pourrait aller plaider sa cause auprès des autres royaumes et ainsi réclamer sa terre. La fillette peinait à tenir le rythme de leur cavalcade et le guerrier devait la porter pour continuer à progresser de nuit également. La situation semblant sans espoir, il avait pris la dangereuse décision de traverser les terres maudites. Aussi, au lieu de les contourner sur des dizaines de kilomètres, Royd entendait bien couper à travers pour obtenir une avance non négligeable.

Au centre des terres maudites se trouvait Lobre, une cité des anciens temps, dont la néfaste réputation atteignait même les royaumes des autres continents. Autrefois gouvernée par des Alchimagiciens, ses bâtiments abandonnés s’élevaient jusqu’au ciel alors que ses pieds baignaient dans un fleuve profond. Des canaux parfois aussi larges que les boulevards des autres capitales servaient de rues et l’on s’y déplaçait à bord d’embarcations légères. Royd et Kala se tenaient justement sur l’un des quais d’accès.

— Nous ne pouvons vraiment pas faire demi-tour ?

Le ton de la fillette était implorant. Sa petite main étreignait celle de l’homme de toutes ses maigres forces ; un éclair de doute le traversa. Était-ce le bon choix ?

Télécharge l’intégralité du récit en PDF

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×