Pourquoi et comment créer une routine d’écriture ?

janvier 31, 2019 6 minutes 4 Commentaires

Pourquoi et comment créer une routine d’écriture ?

janvier 31, 2019 6 minutes 4 Commentaires
Ma routine d'écrivain

Écrire est un artisanat. Il faut avoir le goût pour ça, puis l’entretenir régulièrement. Pas de bon écrivain sans rythme de travail régulier, même si c’est une fois par semaine.

Bernard Werber

J’ai eu envie de commencer cet article aujourd’hui par cette citation de Bernard Werber, parce que j’aime l’idée évoquée : écrire est un artisanat. Pas un art. Ou pas que en tout cas. Et surtout, on ne s’invente pas écrivain, on le devient en pratiquant régulièrement.

Après tout, on n’apprend pas à jouer de la guitare du jour au lendemain ! L’écriture, c’est pareil. On peut lire beaucoup de théories, de méthodologies, apprendre, tester, voir ce qu’on aime, tester encore et s’améliorer sans cesse.

Peu importe les raisons et les motivations qui te poussent à écrire : pour arriver à un résultat, la régularité est la clé. Même si tu écris juste une histoire qui te tient à cœur et que tu ne comptes pas aller plus loin, tu auras bien plus de satisfaction et d’épanouissement en arrivant au bout de ce projet, et pour ça, il faut aligner les mots !

Quel est l’intérêt d’établir une routine ?

L’idée est simple : l’écriture fonctionne comme un muscle. Plus tu l’entraînes, plus l’effort est facile, plus tu peux aller loin. Instaurer une routine peut grandement t’aider à entraîner ce “muscle” si précieux.

En effet, une routine conditionnera peu à peu ton cerveau. C’est le principe de la plasticité neuronale. Avec la répétition d’une routine précise, ton cerveau sera capable de créer, de défaire ou de réorganiser les connexions entre les neurones. De nouveaux réseaux se créeront et il sera plus facile pour ton cerveau d’écrire, encore et toujours plus !

Je ne dis pas que tu n’auras plus jamais de blocages, mais la plupart du temps, tu pourras te rendre compte que les choses seront de plus en plus aisées !

Donc, on se remonte les manches et on avance coûte que coûte. On ose, on ne se met pas la pression : oui, certains jours, ça sera sans doute moins bien, mais ce n’est pas grave !

Le nerf de la guerre : le temps

Et oui ! Parce que, c’est bien gentil de parler d’établir une routine, mais il faut bien trouver du temps pour ça. Souvent (trop souvent), on est complètement débordées par nos obligations, et quand ce n’est pas le cas, on est tout simplement épuisées !

Malgré tous mes beaux messages positifs, crois-moi, je suis sans arrêt obligée de me mettre des coups de pied au derrière pour m’y mettre ! Le temps qui manque/la fatigue, je connais.

Néanmoins, il est toujours possible de se libérer du temps. Il faut savoir regarder objectivement le temps qu’on investit dans des tâches éparpillées/récurrentes/peu productives. Sans se juger bien-sûr : le but n’est pas de se flageller !

Ma routine d'écrivain

Pense bien que réaliser un rêve comme celui de mener à bien l’écriture d’un roman demande un certain investissement ! Il faut se donner les moyens. Je pense que trouver le temps est l’étape la plus difficile. Identifier tout ce que tu peux laisser un peu de côté pour en dégager est essentiel.

À titre d’exemple, je ne citerai que deux activités modernes qui sont énormément chronophages : les réseaux sociaux et Netflix ! Ce sont deux exemples parmi d’autres, mais ce sont les deux choses qui personnellement me grignotent le plus de temps libre.

Alors que tu réalises cette petite analyse et que tu mets ta routine sur pied, ne sous-estime pas le pouvoir de tes croyances limitantes. Elles tenteront de te convaincre que de toute façon, ça ne sert pas à grand chose, que tu n’es pas fait pour écrire, que tu ne pourras pas y arriver sur la durée, ni même y arriver tout court, que ce n’est pas cinq minutes par-ci par-là qui vont changer quelque chose…

Ne les écoute pas =)

Comment se construire sa routine ?

Tu peux commencer par trouver le bon moment dans la journée. Il y a plusieurs possibilités. Tu peux écrire dans les transports en commun, te lever une heure plus tôt le matin, attendre que tout le monde dorme dans la maison (ça c’est moi !), …

N’hésite pas à tenter plusieurs choses jusqu’à trouver le moment qui te convient vraiment.

Ensuite, il est intéressant de se fixer un objectif. Le but n’est pas de se mettre la pression, mais de pouvoir se dire jour après jour avec satisfaction “ouf, c’est bon, j’ai fini pour aujourd’hui” !

Que ce soit une durée (j’écris non stop pendant 25 minutes) ou un nombre de mots (j’arrête une fois que j’ai écrit 750 mots), surtout, fixe toi un objectif réalisable ! Il sera toujours temps de le revoir à la hausse au fil du temps !

Pense à te fixer également une fréquence (ça peut être une fois par semaine !) Si tu choisis de ne pas écrire tous les jours, je pense qu’il est plus fiable de déterminer les jours de la semaine plutôt que “tous les 2 jours”.

Après, il reste un dernier détail à régler, et tu pourras finaliser ta petite routine d’écrivain : le support (carnet, word, logiciel d’écriture…). Là aussi, n’hésite pas à tester plusieurs choses, voire à jongler entre le manuscrit et le numérique. Prendre un stylo et du papier peut parfois aider à lever quelques gros blocages.

N’hésite pas à adapter ta routine quand le besoin s’en fait sentir. Ne reste pas bloquée dans un schéma, parfois, sortir de sa routine se révèle aussi salvateur. Il faut savoir être souple dans sa rigueur : ne saute pas ta routine mais modifie la !

Une dernière chose : tu peux intégrer un petit rituel à réaliser en début de routine, sans jamais faillir (mais là encore, tu peux changer de rituel si tu penses que c’est nécessaire). Je te propose de découvrir ici 10 idées de rituels !

Quelques conseils pour finir…

Avant de te laisser, je vais te donner quelques astuces supplémentaires en vrac =)

Tout d’abord, je préfère m’arrêter pendant une scène qui m’inspire et que j’ai bien en main plutôt qu’une fois face à un souci : c’est plus facile de s’y remettre le lendemain. Je ne te raconte pas l’horreur de t’installer à ton bureau, prête à te lancer et de te retrouver devant le problème de la veille. Il n’y a pas pire pour ruiner toute motivation !

En ce qui concerne les jours sans, ne te stresse pas si tu n’arrives pas à avancer sur ton texte. Dis-toi qu’il y a d’autres choses à faire pendant ce temps pour maintenir tout de même ta routine. Tu peux creuser tes personnages, ou écrire des textes beaucoup plus courts comme des nouvelles ou des drabbles pour rester en lien avec ton histoire ou ton univers, …

Si tu as choisi de te fixer un objectif de durée, sache que le cerveau humain fonctionne à plein régime s’il a droit à une pause toutes les 25 minutes. Si tu veux travailler une heure, je te conseille plutôt de faire deux fois 25 minutes, avec une petite pause de 5 minutes.

Alors, dis-moi, est-ce que tu as déjà une routine ? Est-ce que tu as des conseils à ajouter ? =)

4 Commentaires

  • Sifhel janvier 31, 2019 at 8:47

    Je pense que ce sont des conseils qu’on peut appliquer à pas mal d’activités différentes. Même si je dois avouer que je n’ai aucune routine pour la peinture et le dessin car la routine me donne la flemme de faire même ce que j’aime.

    • suislelan janvier 31, 2019 at 11:40

      C’est beaucoup de bon sens en fait, dès lors qu’on veut progresser dans une activité, il faut de la pratique ! J’avoue que je n’ai pas toujours le temps de mettre en place une routine (ce qui revient à dire que je n’en ai pas) et qu’avec mon emploi du temps chaotique, j’utilise surtout des petits rituels pour me mettre dans le bon état d’esprit ^^ je comprend je pense ce que tu veux dire… c’est le côté obligation/pression qui coince, c’est ça ?

  • sifhel février 3, 2019 at 7:20

    Il y a bien une part du côté obligation mais c’est surtout un souci que j’ai depuis toujours : je me lasse de tout , même des choses que j’adore si je les répètes trop souvent. Du coup j’alterne avec plusieurs activités. Ce problème de lassitude a vraiment été un fléau à l’adolescence car je me lassais même de mes amoureux(ses) :).

    • suislelan février 5, 2019 at 1:38

      Effectivement, j’imagine que c’est difficile de se lancer à corps perdu dans une activité qu’on aime (ou une relation) si on sait qu’on va s’en lasser :/

    Laisse un commentaire

    ×