Je crée une cité : Jour 9

juin 14, 2019 6 minutes Aucun commentaire

Je crée une cité : Jour 9

juin 14, 2019 6 minutes Aucun commentaire
Je crée une cité Jour 9

Hello jolie plume !

Avec quelques jours de retard, c’est parti pour le neuvième jour de mon challenge “Je crée une cité en 30 jours”, au cours duquel je vais détailler une cité de fantasy de A à Z. J’ai accumulé un retard de trois jours : comme je m’y attendais, la deuxième semaine est plus difficile !

Je réalise ce challenge dans le cadre du challenge 30 jours lancé par Aline de The B Boost, qui consiste à poster une publication par jour pendant 30 jours !

Petit rappel

Ce challenge fait suite au premier réalisé en avril, “Je crée un univers en 30 jours”. D’une part, j’avais besoin de détailler une cité pour un projet, et d’autre part, je voulais éprouver encore un peu ma méthode avant le lancement de ma formation cet été.

Pour ce challenge, je vais donc détailler toutes les facettes de Bellwade, cité cosmopolite du monde magique, qui sert de théâtre aux aventures de Pavel Erkum, mon détective lutin.

La plupart du temps, je réaliserai une session d’écriture libre d’une vingtaine de minutes selon un thème donné, puis je te donnerai le résultat dans un article de blog.

La criminalité

Comme je l’ai dit dans l’article précédent, Bellwade sert avant tout de théâtre pour les aventures de Pavel Erkum, mon détective lutin. Il est donc essentiel de travailler sur le paysage criminel pour essayer de le rendre complet, complexe et intéressant.

Pour qu’il soit intéressant, il faut qu’il soit instable et que les codes soient difficiles à décrypter pour Pavel. Il faut que la police s’arrache les cheveux et que la corruption se cache même dans les endroits les plus improbables. 

Je crée une cité Jour 9

J’avais une idée assez vague de l’ambiance que je voulais : à chaque fois que je pensais à cette partie de mon univers, je voyais le début de Tintin en Amérique (le dessin animé).

Tintin est assis dans sa chambre d’hôtel, derrière sa machine à écrire, à Chicago, et pendant qu’il lit son article en même temps qu’il l’écrit, on assiste à des courses poursuites en voiture avec des tirs dans tous les sens, des petits distributeurs de journaux qui crient des gros titres à ce sujet… Et je voulais cette ambiance là.

Je n’ai pas encore tranché, et je crois que je ne le ferai pas : Bellwade est un mélange d’inspiration allant de Paris à New-York, en passant par Londres et Chicago, des années 1900 aux années 1930.

Du coup, mes recherches se sont étendues, et mon amoureux a pu m’aider à faire quelque chose de complet (il a vu toutes les séries et films de ce genre sur Netflix !)

Un bref résumé 

Je pense que je serai amenée à détailler chacun de ces points, ou presque, dans les jours à venir (aujourd’hui, en vrai, si je veux rattraper mon retard…). En attendant, voici un résumé :

  • il y a les Cinq Familles de la pègre, plus les Dockers, qui se partagent le contrôle de la ville, avec des frontières plus ou moins floues, chacun essayant de prendre le dessus sur les autres ;
  • on trouve également les Anishnabe, inspirés par les Apaches parisiens, de petites bandes de jeunes, mixtes ou non, bien rattachées à des quartiers en particulier, qui sont sous la protection/au service des Cinq Familles/Dockers ou non ;
  • il existe ensuite des gangs de motards, montés sur des prototypes de véhicules à deux roues très récents, ou sur des insectes (guêpes, …) ;
  • enfin, on trouve tous les indépendants, qui ne sont rattachés à aucune famille, aucune bande : nettoyeurs, négociateurs, mercenaires, contrebandiers, …
Harley Davidson 1913

Dans ce paysage, il faut ajouter la touche finale : les politiques et la justice corrompus. 

Je colle à la fin de l’article le résultat de la session d’écriture libre qui est plus complète, et voici une carte qui montre le découpage des six zones de contrôles des Cinq Familles/Dockers :

Pour finir…

Je vais maintenant détailler au moins les Anishnabe, les Cinq Familles/Dockers et les gangs de motards. Ensuite, je détaillerai un peu aussi les activités criminelles en elles-mêmes. Cela me prendra donc encore quatre jours, puis je passerai à la suite ! 

En attendant le prochain article, je te souhaite une belle journée !

Session d’écriture libre

Voilà, après quelques recherches préliminaires pour définir la criminalité à Bellwade, c’est partie pour la session d’écriture libre de 20 minutes.

On a donc plusieurs systèmes, la criminalité est basée sur un système instable, qui obéit encore beaucoup à la loi du plus fort et/ou du plus malin.

D’un côté, on a les bandes de jeunes, les petits gangs des rues tout en bas de l’échelle, l’équivalent des Apaches parisiens, qui sont rattachés chacun à des quartiers très définis, avec des activités très définies, qui accordent une grande importance au style vestimentaire, au rejet de l’autorité. Bagarres de rue, surinage, vol,…

Ils aiment s’ inviter dans les bals populaires pour chercher des histoires,… Certaines de ces petites bandes ont accepté de se rattacher/se mettre sous la protection/se mettre au service de/profiter du pouvoir de l’une des Cinq familles mafieuses de Bellwade.

Ces Cinq familles opèrent sur l’ensemble de Bellwade, contrairement aux Apaches qui restent attachés à un quartier en particulier pour chaque bande. L’existence des Apaches est d’ailleurs antérieure et il y a souvent des frictions entre eux et les familles qui essaient d’établir un contrôle sur la totalité de la cité. Certains quartiers restent relativement épargnés grâce à la surveillance accrue de la police.

Les Cinq familles se tirent encore énormément dans les pattes pour maintenir le contrôle de leur zone et l’étendre, ce qui entraîne quelques fusillades, des règlements de compte, des assassinats… Leurs activités sont variées : blanchiment, extorcation, corruption, assassinats, vols, proxénétisme, contrebande, paris illégaux, trafic de stupéfiants, contrefaçons de biens industriels, menace sur témoin, incendies criminels…

La ville de Bellwade est donc plus ou moins divisée en cinq zones aux frontières floues, avec des zones de friction bien connues dans les zones 12, 13, 18, 19, 22 et 27.

Les Cinq familles sont mixtes sauf une. La famille non mixte est exclusivement elfe. Les fées sont particulièrement redoutés quand ils se retrouvent à la tête des familles, car ils sont souvent dans les extrêmes : quand ils trempent dans la criminalité, ils sont particulièrement retors, violents et cruels.

En dehors de ces Cinq familles, mais avec un rapport et un fonctionnement similaires, on trouve les Dockers, qui contrôlent les zones 32, 31 et 30.

Ensuite, il y a un équivalent des gangs de motards, montés sur des véhicules à deux roues motorisés. Ces gangs de motards sont uni-peuples ou mixtes, et les uni-peuples sont souvent ouvertement racistes. Ils baignent dans des contrebandes et trafics de stupéfiants en tout genre, en veillant de ne pas attirer l’attention des familles, ou au contraire en se mettant au service de l’une d’entre elles. Un code de conduite spécifique régit toute cette communauté.

Enfin, il y a les indépendants, en bande ou non : chasseurs de prime, criminels (cambriolages…), nettoyeurs, négociateurs, contrebandiers, mercenaires. Ces derniers travaillent le plus souvent pour les lobbies et les grandes entreprises. De manière général, les “indépendants” travaillent pour les Cinq familles autant que pour les entreprises et les politiques.

Dans tout ce paysage criminel, il ne faut pas oublier la corruption au niveau politique et justice, ainsi qu’au sein de la police (juges corrompus, policiers ripoux…).

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×