Je crée une cité : Jour 12

juin 16, 2019 6 minutes Aucun commentaire

Je crée une cité : Jour 12

juin 16, 2019 6 minutes Aucun commentaire
Je crée une cité Jour 12

Hello jolie plume !

C’est parti pour le douzième jour de mon challenge “Je crée une cité en 30 jours”, au cours duquel je vais détailler une cité de fantasy de A à Z.

Je réalise ce challenge dans le cadre du challenge 30 jours lancé par Aline de The B Boost, qui consiste à poster une publication par jour pendant 30 jours !

Petit rappel

Ce challenge fait suite au premier réalisé en avril, “Je crée un univers en 30 jours”. D’une part, j’avais besoin de détailler une cité pour un projet, et d’autre part, je voulais éprouver encore un peu ma méthode avant le lancement de ma formation cet été.

Pour ce challenge, je vais donc détailler toutes les facettes de Bellwade, cité cosmopolite du monde magique, qui sert de théâtre aux aventures de Pavel Erkum, mon détective lutin.

La plupart du temps, je réaliserai une session d’écriture libre d’une vingtaine de minutes selon un thème donné, puis je te donnerai le résultat dans un article de blog.

Un challenge toujours aussi difficile

Je ne sais pas si c’est la fatigue ou autre chose, mais ces derniers jours, il m’est vraiment difficile de rester motivée. Je crois que le retard que j’ai accumulé ici et dans mon défi Bradbury, plus les quelques nouvelles difficiles dans le domaine privé me minent le moral… Et l’abattement général me gagne, me donnant envie de tout plaquer.

Il y a plusieurs techniques que j’applique dans des périodes comme celles-ci, pour ne rien lâcher et continuer à avancer malgré tout.

D’abord, je me fixe des objectifs plus petits : plus faciles à tenir, plus facile à atteindre, et du coup, de petites victoires quotidiennes malgré tout. Ensuite, je relativise beaucoup, beaucoup, et je veille à ne pas me culpabiliser.

L’essentiel, c’est de faire de son mieux, et d’accepter que le mieux d’aujourd’hui soit moins bien qu’hier. Peut-être que demain, ça sera de nouveau une bonne journée. C’est le principe du Quatrième Accord Toltèque, toujours faire de son mieux, ni plus, ni moins. C’est selon moi un excellent conseil pour ne pas se dégoûter d’un projet ou abandonner à la moindre baisse de régime.

Du coup, je me suis accrochée !

En l’occurrence, j’ai trois jours de retard que je peine à rattraper. Avec cet article, j’en rattrape un, et je suis plutôt contente de cette petite victoire du coup (j’ai abandonné l’idée de tous les rattraper en une journée !)

J’ai décidé de ne pas me mettre la pression, d’y travailler quand c’est possible, quand j’arrive à me dégager un moment. Par contre, je ne me mens pas, je ne me voile pas la face : quand je vois qu’un moment idéal se dégage pour pouvoir avancer un peu, je ne me lance pas dans autre chose, je ne me plante pas devant Netflix, etc… Je me motive et je m’y mets !

Je crée une cité J12

Un peu comme ce soir, alors que mon fils s’est endormi plus tôt que ces derniers temps : je me suis mis un petit coup de pied au derrière pour ne pas procrastiner, puisque j’avais un beau moment qui se dégageait dans mon planning !

Et le thème du jour est…

J’ai effectué un choix par élimination plutôt que par envie, je dois l’avouer. Je ne rechigne pas pour rien à la tâche, comme le moral n’est pas là, l’inspiration non plus. Pour le coup, j’ai choisi de fuir les thèmes difficiles, ce qui n’est pas forcément la meilleure des tactiques : il faudra bien que je les traite à un moment, et la dernière ligne droite n’est pas le bon moment pour ça selon moi.

J’ai aussi la désagréable sensation que j’enfonce des portes ouvertes pour les thèmes que je traite. Heureusement, comme des idées de scènes continuent de me venir, je sais que je ne travaille pas dans le vent et que tout ça me sera utile, surtout que c’est bien une série d’aventures que j’ai l’intention d’écrire pour mon détective lutin : il faut beaucoup de matière !

Aujourd’hui, donc, j’ai traité du tissu associatif. Était-ce vraiment nécessaire ? Oui et non. C’est le dernier petit morceau du thème plus large que j’ai abordé avec la culture et le divertissement. C’est une trame de fond, c’est ce qui occupe les habitants de Bellwade le plus clair de leur temps, donc c’est important. Cela créera des alibis, des histoires plus ou moins sordides, des problématiques, des crimes…

Comme toujours, je colle à la fin de l’article la session d’écriture libre du jour.

Pour finir…

Je crois qu’il faut que j’accepte de me rendre à l’évidence, je vais devoir attaquer un gros morceau demain. L’air de rien, c’est déjà presque la moitié de ce challenge ! Alors ça sera soit la politique, soit les différents peuples présents à Bellwade !

En attendant, je te souhaite une belle journée !

Session d’écriture libre

00h38… Essayons de finir cet article pour ce soir cette fois-ci. Aujourd’hui, comme hier, rien ne m’inspire, je pense que c’est le fait de faire ce challenge tard le soir, avec la fatigue de la journée. Il reste pas mal de sujets à traiter, je vais parler de la vie associative, parce que cela rejoint un peu le sujet de la culture et du divertissement, donc je finis les choses par un bout.

J’ai déjà défini dans Panique au Muséum que les fées étaient très actifs dans les milieux associatifs, et également très décidés. Ils aiment se battre pour des causes diverses et variées et ne lâchent pas forcément le morceau. Il y a donc énormément d’associations œuvrant pour la défense d’un grand nombre de choses (faune, flore, culture, …).

Ces associations-là n’ont pas souvent bonne presse, excepté auprès de ceux qui soutiennent leur cause. Il n’est pas rare que certains membres activistes soient arrêtés par les forces de l’ordre pour diverses actions coups de poing. On parle le plus souvent des fées, mais on trouve également des associations plus mixtes.

Ensuite, on trouve énormément d’associations/organismes indépendants de charité, de récolte de denrées, vêtements, … Pour aider les habitants des quartiers les plus démunis. Ces structures-là rencontrent moins de succès que les précédentes. Trop souvent, à Bellwade, on préfère détourner le regard quand il s’agit de la misère et de la pauvreté plutôt que d’aider. Néanmoins, l’Hospice de Bilao (qui était l’un des Fondateurs de Bellwade) parvient à récolter suffisamment de fonds pour pouvoir proposer des soins gratuits.

Ensuite, il y a les associations de loisirs créatifs, théâtre, musique, jeux, sports… On trouve de nombreux clubs dans chaque quartiers. Les enfants y sont souvent inscrits, mais les adultes également : c’est une bonne façon de se détendre, de s’épanouir, de rencontrer de nouvelles personnes, de s’intégrer. La pègre de Bellwade a la main sur certains de ces clubs/associations, notamment les grands clubs de certains sports, mais également sur de plus petites structures qu’on ne soupçonnerait pas et qui permettent de blanchir de l’argent.

Et puis, il y a les associations culturelles, qui œuvrent pour la connaissance et la vulgarisation de nombreux sujets.

Certaines structures sont réservées aux hommes, d’autres aux femmes. Selon les domaines, il est plus ou moins rare de trouver des structures mixtes. En termes de jeux, par exemple : c’est extrêmement rare. En revanche, quand il s’agit de militer pour une cause, c’est bien plus courant. Même chose pour les peuples.

Toutes les structures associations sont répertoriées à la Mairie de Bellwade, car elles doivent se déclarer et obtenir une autorisation d’existence pour pouvoir exister réellement. Sans cette autorisation, la structure n’existe pas et les regroupements peuvent être considérés comme attroupements non autorisés. De plus, en cas de problème juridique, il est impossible de se cacher derrière la structure et les lois associatives qui y sont rattachées. Quand on est activiste, on se sort plus facilement de mauvais pas juridique si on peut dire qu’on a agit au nom d’une association.

Les cartes de membres sont extrêmement soignées et fièrement exhibées, surtout pour certaines associations vraiment prestigieuses. Ces cartes-là servent d’ailleurs de laisser passer dans des lieux tout aussi prestigieux et très sélect.

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×