5 choses à ne pas oublier pendant la création de son univers

janvier 23, 2020 6 minutes Aucun commentaire

5 choses à ne pas oublier pendant la création de son univers

janvier 23, 2020 6 minutes Aucun commentaire
5 choses à ne pas oublier pendant la création de son univers

Hello tout le monde !

Bienvenue sur ce nouvel article consacré une fois encore à la création d’un univers. On continue d’aborder le sujet un peu sous le même angle, c’est-à-dire plus dans la méthodologie que dans le contenu en lui-même (d’autres sites détaillent déjà très bien tout ce qu’on peut développer et comment).

Après t’avoir donné 6 conseils pour créer ton univers plus sereinement et t’avoir exposé brièvement la méthode que j’applique chaque fois, je voulais aujourd’hui souligner un certain nombre d’éléments à prendre en compte ou à ne pas oublier.

Et je ne parle pas de géographie, ou de mythologie, mais de choses plus abstraites, qui peuvent prendre différentes formes, mais qui donneront plus de saveurs à ton univers. Ces cinq choses le rendront également plus facile à exploiter pour tes histoires.

Utiliser les valeurs

Même si ce ne sont pas les tiennes. Dans une histoire, déjà, je trouve intéressant que des valeurs différentes se heurtent, en dehors même des jugements de valeur. Je pense que c’est un élément à prendre en compte et à utiliser, notamment quand tu te pencheras sur la création de tes peuples.

Je te parle plus longuement du sujet dans cet article, si jamais tu veux creuser ça. Personnellement, je pense que cela donnera plus de texture, en quelques sortes, et que c’est aussi ce qui permettra de créer des peuples solides et surtout compréhensibles facilement par tes lecteurs.

En plus, si tu t’y prends bien, ça sera source de conflits, et ça tombe bien, car la chose suivante à ne pas oublier, c’est…

Implémenter des éléments conflictuels

Et oui, parce que le but c’est que quelque chose se passe dans cet univers. Et, je dirais même que selon ce que tu comptes faire de ton univers, il faut en prévoir plus ou moins. Pour un roman ou une saga, tu peux te contenter d’implémenter juste ce qu’il faut pour renforcer ton récit, lui donner plus d’intérêt.

S’il y a des conflits, alors il y a des enjeux, de l’implication, des conséquences à assumer, des choix difficiles à faire… Et c’est ça qui accroche le lecteur. Si tu crées un monde trop lisse sans aucun point de friction, tu auras plus de mal à y créer une histoire qui accroche.

Petite parenthèse : crois-moi, j’ai longuement réfléchi à la question dans le cadre de mes « belles histoires ». D’ailleurs, j’y réfléchis encore énormément. Fin de la parenthèse 🙂

Si tu crées un univers pour du jeu de rôle, mets-en partout, vraiment, ou choisis des éléments conflictuels qui sont omniprésents, auxquels les joueurs ne pourront pas échapper, peu importe le personnage qu’ils joueront.

5 choses à ne pas oublier pendant la création de son univers

Des éléments immuables

Une tempête éternelle qui se déplace de façon aléatoire et qui détruit tout sur son passage, un astéroïde qui va s’écraser, un état ou un royaume qui est devenu surpuissant et qui menace désormais ses voisins par sa simple existence… Je pense qu’il faut des éléments immuables de ce genre, que tout ne dépende pas seulement de la volonté des personnages (mais c’est un avis tout subjectif, j’en conviens).

C’est un peu comme le mouvement des astres, la météo, les lois de la physique : c’est comme ça, et c’est tout. Alors on pourrait débattre longuement de tous ces éléments, qui peuvent perdre justement de leur immuabilité. Oui, on peut imaginer une technologie qui permet de déplacer des planètes ou de contrôler la météo, pas de soucis. Mais alors, je pense qu’il faut les remplacer par d’autres éléments.

C’est ce qui rend un univers sauvage, vivant par lui-même, quand des choses ne sont pas sous le contrôle des personnages qui y vivent. On sait, dans le fond, que l’auteur en fait bien ce qu’il veut, de ces éléments immuables. Mais quand on se plonge dans l’univers, on se laisse avoir par le fait qu’on ne peut rien pour aller à leur encontre.

D’ailleurs, cela peut être une quête de choix pour des personnages, essayer de contrôler ce qui ne peut l’être, etc. Après tout, la quête d’un remède à la mort (qui est quand même un événement sacrément immuable dans la vie d’un personnage, hors exception) est un classique.

De la poésie

Encore une fois, c’est un avis complètement subjectif, mais je pense qu’il faut une touche de poésie, quelque part. La poésie peut être joyeuse, triste, douloureuse, mais elle touche toujours l’âme. Je pense que même si c’est une vision, une pensée, une idée qui serre le cœur, il faut de la poésie.

Je sais que c’est subjectif aussi, la poésie. Ce qui touche les uns ne touchera pas forcément les autres. Mais je pense que c’est important dans tous les cas de s’efforcer de glisser quelque chose qui nous touche nous, en tant qu’auteur. Forcément, ça fera mouche chez d’autres personnes.

C’est d’autant plus important dans un univers de fantasy, je pense. Par exemple, les navires qui sont vivants et qui parlent dans Les Aventuriers de la Mer, de Robin Hobb, je trouve ça incroyablement poétique et épique, et beau. Voilà, j’ai dit de la poésie, mais on pourrait dire du rêve, du beau, de l’épique, qui touche et qui transporte.

C’est à doser correctement, mais même dans les histoires et les univers les plus sombres, je pense qu’il en faut.

Le plaisir

Et là, je parle du tien 🙂 Oui, parce que dans les choses à ne pas oublier pendant la création de son univers, c’est le plaisir qu’on prend à le faire. Bon, je sais, les lignes qui vont suivre sonnent plutôt comme un conseil, mais celui-ci, je ne l’ai pas donné dans mes articles précédents, alors c’est le bon moment.

Fais-toi plaisir. Ne te prends pas la tête. On se fiche de savoir ce qui a déjà été fait ou non, ce qui ressemble à truc ou bidule. Tant que tu ne fais pas une copie conforme d’un univers déjà existant, fonce.

Et, en plus, des univers de fantasy avec des elfes, des orques, des hommes, etc., il y en a des tonnes et ce n’est pas un souci : ce qui compte, c’est l’histoire qui s’y déroule, d’une part, et la façon dont toi tu le conçois, d’autre part.

C’est ta patte à toi qui compte, qui fera que c’est bien ton univers, différent des autres. Je pense que ça ne sert à rien de faire original à tout prix si ça te prive de quelque chose que tu aimes bien. Il y a mille et une autres façons de faire quelque chose de différent, dans la nuance, dans le traitement des détails, etc.

Conclusion

J’espère que ces 5 choses à ne pas oublier pendant la création de son univers t’auront aidé•e, voire t’auront donné de nouvelles idées pour creuser un peu plus les choses !

On se retrouve dès la semaine prochaine pour un nouvel article. En attendant, tu peux t’inscrire à ma newsletter pour recevoir des conseils, des astuces et des informations en exclusivité (ces contenus n’arriveront sur le blog que dans plusieurs semaines).

Note que je vais bientôt publier plus régulièrement du contenu sur ma chaîne YouTube, et j’espère que ça te plaira !

Si tu souhaites découvrir ma méthode en 3 étapes plus en détails, je te propose d’aller découvrir ma formation en ligne !

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×